Vendredi 22 janvier 2010 - Karnak, la vallée des Rois et la vallée des Reines

Karnak
Sept heures, nous sommes réveillées par le téléphone, qui, toujours ponctuel, nous rappelle à l'ordre pour nous lever. Ce matin, la visite de Karnak est au programme. Petit voyage en car jusqu'au site.


KarnakKarnak est principalement dédié au culte de la triade thébaine (les dieux Amon, Mout et Khonsou), et bien sûr à la gloire des pharaons. Le site comprend plusieurs temples, au nord de la ville de Louxor, à proximité du village d'El-Karnak. Il s'étend sur deux kilomètres carrés. L'ensemble est classé depuis 1979 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Il y a trois enceintes principales, qui contiennent la plupart des temples. Le plus important est celui d'Amon. On y accède par une grande allée bordée de sphinx à tête de bélier (criocéphales) avec une représentation de Ramsès II entre les pattes. Cette allée reliait dans le passé le temple à un débarcadère sur le Nil. On arrive ensuite à la grande cour. Karnak est un complexe gigantesque qui n'a cessé d'évoluer au fil des siècles. Les différentes constructions et modifications se sont étalées sur plus de deux mille ans. En effet, chaque pharaon voulait l'agrandir, l'embellir et laisser son empreinte, surpassant ses prédécesseurs. Seuls le pharaon et les prêtres étaient autorisés à y pénétrer, l'accès étant interdit à tout le reste de la population.



Lac sacréL'enceinte d'Amon-Rê est la plus grande et se trouve entre les deux autres. C'est dans celle-ci que se trouvait le lac sacré où les prêtres devaient se purifier avant d'accomplir les rites religieux. Tous les jours, les dieux étaient lavés, purifiés, habillés et on leur présentait de nombreuses offrandes. Il n'y avait bien sûr pas de consommation réelle, cela se passait par le regard. Les offrandes étaient ensuite dégustées par les prêtres. Chaque temple devait avoir son lac sacré, qui était aussi utilisé lors des fêtes durant lesquelles des représentations des dieux le traversaient sur des barques sacrées. Le lac mesure 130 mètres sur 77 mètres. On trouve également à Karnak d'autres monuments comme les temples de Ramsès II, d'Opet, de Khonsou, de Ptah et bien d'autres. La première enceinte est consacrée à Montou principalement, mais on y trouve aussi le temple de Harpré et celui de Maât. A l'extérieur de cette enceinte se trouvait le temple d'Osiris Pededankh d'un côté, et de l'autre le temple de Thoutmosis Ier.



Billet d'entrée KarnakLa troisième enceinte est consacrée à Mout, il y a aussi les temples de Ramsès III et de Khonsou-Pehkhrod. A l'extérieur se trouvait le sanctuaire d'Amon Kamoutef et le temple de Nectanébo, ainsi que le reposoir des barques de Thoutmosis III et de la reine Hatchepsout. Il est difficile de décrire cet ensemble gigantesque, tout ce que je peux dire c'est que nous avons été époustouflées devant la beauté du site et par la majesté de la salle hypostyle, qui comprend pas moins de 134 colonnes encore en très bon état. A l'origine il existait un plafond et la lumière entrait par des fenêtres à claire-voie. Aujourd'hui, il n'en reste plus que quelques unes. Je pourrais énumérer tous les temples, les pylônes, les allées de sphinx, les obélisques, mais nous n'avons visité que l'enceinte principale. Je pense qu'il faudrait plusieurs jours pour faire le tour de tout le site.



KarnakOn peut voir également d'innombrables scènes de victoire des pharaons guerriers, parmi lesquels Séthi I, Ramsès II ou Merenptah. Les obélisques sont encore debout, et celui couché de la reine Hatchepsout toujours à l'endroit où il est tombé. Magnifique aussi, le scarabée en granit d'Amenhotep III représentant le dieu soleil Khepri. D'innombrables processions avaient lieu tout au long de l'année, transport d'Amon vers le temple de Mout, son épouse, cortèges des barques sacrées des dieux et du pharaon régnant, notamment lors de la fête annuelle d'Opet. Une inscription très importante sur un mur du temple de Karnak est le traité de Ramsès II avec les Hittites. Après une guerre opposant les deux peuples, et chacun revendiquant la victoire, un traité de paix fut signé. Ramsès II, en gage de volonté durable de cette paix, épousa une princesse Hittite. En résumé, ce site est gigantesque, grandiose, et très impressionnant. Les nombreuses scènes de la vie des pharaons et de leur culte rendu au dieu nous éclairent sur la vie religieuse qui avait lieu ici. 10H30, nous quittons le site de Karnak. Comme tous les autres temples que nous avons visités, celui-ci est bien endommagé mais il n'en reste pas moins cette impression de gigantisme et de perfection. On imagine ce que devait être cet ensemble immense au temps des pharaons.

Arrivée à Karnak Un des obélisques du site Sphinx à tête de bélier

Karnak Karnak Sphinx à tête humaine

Statue d'un pharaon Colonnes de Karnak Colonnes de Karnak

Colonnes de Karnak Karnak Bloc de pierre

Un des obélisques du site Scarabée d'Amenhotep III Séance photo

Sphinx à tête humaine Plan du site de Karnak Sphinx à tête de bélier



Les colosses de Memnon
On reprend le car et on se dirige ensuite vers une grande bijouterie que notre guide connaît bien et où il y a de quoi perdre la tête tant il y a de merveilles. Il y a des scarabées, des pendentifs égyptiens, des bagues, des colliers, toutes sortes de pierres, qui vont des plus précieuses aux semi-précieuses. Les bijoux sont très beaux et il se fait beaucoup d'achats ce jour là, moi-même j'achète une croix égyptienne pour mon fils. Retour au bateau, repas, je passe sur les délices gastronomiques, c'est toujours aussi bon, et heureusement qu'on se dépense parce que les desserts sont irrésistibles.



L'Oracle de Memnon13H30, nous retrouvons les cars, trajet vers les nécropoles thébaines. En cours de route, nous faisons un arrêt aux colosses de Memnon, deux immenses statues de pierre qui se trouvent sur la route qui conduit à la vallée des reines. Ces colosses constituent le seul vestige restant du temple funéraire d'Amenhotep III, construit lors de la XVIIIème dynastie. Les statues sont à l'effigie du roi. Elles se trouvent devant le pylône d'un temple qui aurait été entièrement détruit à cause du réemploi des matériaux qui le constituaient pour d'autres temples, dont ceux de Merenptah et de Ramsès III. Les grecs ont identifié les colosses à Memnon, un roi mythique éthiopien, fils de l'Aurore. D'après la légende homérique, Memnon fut tué par Achille au cours de la guerre de Troie. Il retrouvait cependant la vie à l'aube, grâce à sa mère, et se mettait à chanter. Ces statues sont très endommagées, suite à un tremblement de terre survenu en l'an 27 avant J.C. Celle de gauche a été fissurée sur la moitié de sa hauteur et une légende raconte qu'après ce séisme elle s'est mise à "chanter" au lever du soleil et au crépuscule. Pline l'Ancien rapporte un "son de voix humaine". C'est ainsi qu'est né "l'oracle de Memnon". Ce phénomène a depuis été expliqué. Il était du à la dilatation du quartzite sous l'effet des premiers rayons du soleil. Lorsque l'empereur Septime Sévère fit restaurer les colosses afin de remercier Memnon (au IIème siècle), il n'y eu plus de chant et la statue redevint muette. Le nom est néanmoins resté.



Les colosses de MemnonLes deux colosses en quartzite rose sont hauts de 18 mètres. La hauteur totale avec la couronne qui a disparu devait être de 21 mètres et le poids de plus de 1300 tonnes. Les statues représentent le roi assis. Les deux pieds sont joints, les deux mains reposent sur les genoux. De chaque côté des jambes, deux statues : une de sa mère, Moutemouia, et une de son épouse, Tiyi. Le côté du trône est décoré des symboles d'union de Haute et de Basse Egypte. Hâpi du Sud et Hâpi du Nord nouent les tiges de leurs fleurs emblématiques respectives, lis et papyrus. Au dessus du symbole, en forme de T, le protocole d'Aménophis III. Nous avons trouvé les colosses encore impressionnants même s'ils ont beaucoup souffert. Derniers vestiges du temple disparu et entourés par le désert, ils semblent imprégnés de mystère. Des fouilles sont toujours entreprises pour tenter de retrouver quelques vestiges du temple. La visite n'a pas duré très longtemps, environ 10 minutes (arrêt japonais comme dit notre guide), mais il aurait été dommage de ne pas s'arrêter ici. Nous avons également aperçu au loin le temple d'Hatchepsout, sur le site de Der el Bahari.



Ouvrier de la fabriqueLa vallée des rois
Sur le trajet en direction de la vallée des rois, nous faisons une halte à la fabrique d'albâtre. Ce n'est pas très loin et il nous faut environ 5 minutes pour nous y rendre. Avant de rentrer dans le bâtiment, des ouvriers de la fabrique nous font une démonstration de la façon dont est travaillée la pierre brute et comment sont affinés les objets. Leur savoir-faire est impression, de même que leur dextérité à transformer un simple morceau de pierre en oeuvre. Ici sont fabriqués toutes sortes d'objets en albâtre, mais aussi en onyx, granit, basalte. On peut trouver des vases, des urnes, des lampes et aussi des statues de dieux égyptiens, des bustes de pharaons, des échiquiers constitués de différentes pierres. C'est magnifique. Il y a une très belle pierre de couleur blanche qui emmagasine la lumière et devient phosphorescente dans le noir. C'est un effet superbe. Hélas, il faut une fois de plus repartir au pas de course et nous quittons la fabrique vers quinze heures pour poursuivre le programme de la journée, la dernière.



Paysage vu du carOn traverse donc la vallée des reines, mais on ne s'y arrête pas. Le site est très beau, très sauvage. On ne voit pas grand-chose des tombes car elles ne sont pas forcément visibles depuis la route. On se dirige vers la vallée des rois. La nécropole s'appelle Biban el-Molouk en arabe et est entourée de hautes montagnes qui forment comme une barrière naturelle. C'est au nouvel Empire que les pharaons ont choisi de faire creuser leurs tombeaux directement dans la montagne car les pyramides n'étaient pas sûres et régulièrement pillées. La tombe de Thoutmosis 1er est la première à avoir été creusée dans la vallée des rois. Puis le site est resté la nécropole royale de tous les rois des XVIIIème, XIXème et XXème dynasties, sauf Akhenaton. La dernière tombe creusée est celle de Ramsès XI. L'endroit très isolé devait protéger les tombes mais les pilleurs n'ont pas tardé à les trouver et la plupart ont été pillées. La seule qui ait été retrouvée intacte est celle de Toutankhamon. Elle a été découverte en 1922 par Howard Carter grâce au financement de son mentor, Lord Carnavon. En fait, les archéologues se sont quand même aperçus plus tard que les sceaux qui la fermaient avaient été brisés. A priori, les prêtres n'auraient pas laissé le temps aux voleurs de la piller mais seulement d'y mettre du désordre. Les sceaux ont été remis, la tombe fermée, et l'accès comblé avec des gravats. La tombe de Toutankhamon est la KV 62. De nombreuses momies ont été déplacées par les prêtres pour les mettre à l'abri des pilleurs. On en a d'ailleurs retrouvé dans une cachette près du temple d'Hatchepsout.



Un village vu du carIl y avait aussi quelques nobles qui ont eu le privilège d'avoir leur tombe à la vallée des rois, parce que les pharaons ont voulu les récompenser, ainsi que quelques épouses et enfants de pharaons. Il y a également deux sépultures de reines qui ont gouverné, Hatchepsout et Taousert. L'endroit est très beau, grandiose, mais malheureusement on ne pourra photographier que du car parce qu'une fois sur le site les appareils photos sont interdits. A l'origine, ils étaient autorisées à l'extérieur des tombes mais il y a eu des problèmes car de nombreux touristes les immortalisait à l'intérieur. Du coup, maintenant les photos sont formellement interdites et les appareils doivent d'ailleurs rester dans les cars. Nous montons dans un petit train qui nous mène plus haut, là où se trouvent les tombes que nous pourrons visiter (actuellement 63 tombes sont répertoriées). Il y en a de nombreuses fermées par des grilles ou des puits d'aération. Les montagnes qui nous entourent sont majestueuses. Ce site a été choisi comme nécropole parce que la montagne qui le surplombe est en forme de pyramide. Notre guide nous donne quelques explications puis les visites commencent. Nous avons choisi de visiter les tombes KV 11 de Ramsès III, KV 5 des fils de Ramsès II, et KV 16 de Ramsès 1er (KV signifie King Valley). La tombe KV 5 est la plus grande, elle contient au moins 150 chambres. Bien sûr on ne visite pas tout.



Billet d'entrée pour la vallée des roisUne fois à l'intérieur on est impressionné par la beauté des hiéroglyphes et la vivacité des couleurs qui sont encore tellement belles. On voit sur les murs des scènes d'offrandes. Dans une des tombes se trouve un énorme sarcophage. Autour, les murs sont décorés ainsi que les galeries. Toutes ces peintures décrivent le parcours que devra emprunter le défunt pour accéder à l'au-delà. Il y a tout un tas d'épreuves et à chaque étape il doit surmonter les difficultés. Les peintures servent à aider le roi. Il y a beaucoup de représentations du dieu Rê, qui guide le pharaon dans son voyage au terme duquel il doit être accueilli par Anubis et Osiris. Lors de la dernière épreuve, le coeur du pharaon est pesé et il doit être aussi léger que la plume de Maât, déesse de la vérité et de la justice. S'il réussi, il accède à la vie éternelle en compagnie des dieux, mais s'il échoue il est dévoré par trois monstres différents. Toutes ces couleurs sont encore si fraîches et ces dessins si bien ciselés qu'on a l'impression que les personnages sont vivants. Je suis vraiment envoutée par l'atmosphère qui règne ici. D'ailleurs, même si on se trouve dans des tombeaux, l'idée de la mort ne saute pas à l'esprit parce que pour les égyptiens elle était surtout synonyme de nouvelle vie. En fait les tombeaux représentent ici la continuité. Nos visites se terminent lors de la fermeture du site, à 17H00. On reprend le petit train avec les derniers employés du site qui partent en même temps que nous. On est vraiment tous ravis de ce que l'on a vu.



La dernière soirée et le départ
A Louxor, la nuit est tombée et la ville est illuminée. C'est une métropole très aérée, avec de beaux monuments, on a une impression d'espace. Nous arrivons au bateau, on passe par notre cabine, et, comme tous les jours, on nous a préparé une petite surprise : un éléphant confectionné avec un oreiller, nos serviettes de toilette et un couvre lit. Charmante attention. Nous nous rendons à la salle de restaurant où nous allons prendre notre dernier repas. Cette nuit, on va repartir. Le séjour se termine alors on profite de notre dernière soirée avec nos compagnons de table. On s'échange nos adresses e-mail afin de se donner des nouvelles par la suite.


Menu Egypte Voyage Publicités

Rencontre senior
Rencontre pour retaités aimant voyager.
www.fabienne.fr